Cahier des charges du serviteur de l’Eternel

 

« Voici mon serviteur, que je soutiendrai, mon élu en qui mon âme prend plaisir… Il ne brisera point le roseau cassé, et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore… Il ne se découragera point … » Esaïe 42 : 1 ; 3-4

Nombreux sont aujourd’hui ceux qui se proclament serviteurs de l’Eternel. Et en lisant se verset je ne pense pas uniquement aux pasteurs, prophètes, apôtres et autres… non. Je pense à tous ceux qui comme vous et moi, sommes nés de nouveau et qui avec enthousiasme et zèle, servons ou plutôt, pensons servir l’Eternel parce que très « actifs » au sein de nos communautés.

Mais prenons-nous le temps d’analyser le cahier des charges que l’Eternel, par la bouche du prophète Esaïe (Esaïe 42) a établi pour Jésus, notre modèle.

L’Eternel déclare que le serviteur qu’il soutient et en qui son âme prend plaisir (verset 1) doit remplir les conditions suivantes :

1. Il ne brisera pas le roseau cassé et il n’éteindra point la mèche qui brûle encore (verset 3)
2. Il ne se découragera point et ne relâchera point jusqu’à ce qu’il ait établi la justice (verset 4)
3. Il sera une lumière pour les nations (verset 6)
4. Il ouvrira les yeux des aveugles ; fera sortir les captifs de prison (verset 7)
5. Il ne cherchera pas, par son orgueil, à partager avec Dieu sa gloire (verset 8).

Ces conditions sont suffisamment précises pour nous éclairer sur le comportement que nous devons avoir, et pourtant ! Combien de personnes, cassées par leurs péchés, éreintées par la vie, brisées et souffrantes, viennent chercher auprès des « serviteurs de Dieu » du réconfort et qui repartent plus brisées qu’en venant, pour n’avoir reçu que réprimandes, avertissements, dédain, mépris… En somme, tout sauf de l’amour.

Combien, en venant chercher de la consolation, trouvent devant eux un « serviteur » encore plus abattu qu’ils ne le sont, la bouche remplie de plaintes, de lamentations, de murmures… Combien, en regardant le « serviteur » voient en lui tellement de ténèbres (mesquineries, calomnies, haine) qu’ils repartent sur la pointe des pieds.

Et pire que tout, combien de « serviteurs » remplis d’orgueil s’érigent en panneaux de destination au lieu d’être des panneaux indicateurs de direction pour montrer le chemin qui mène à Christ, partageant ainsi la gloire de Dieu… l’unique chose que l’Eternel se conserve très jalousement.



Cependant, si nous nous sentons concernés par l’un ou l’autre de ces comportements, il n’y a pas à désespérer. La bonne nouvelle, c’est que notre Dieu qui est amour ne repousse pas celui qui se repent. Confessons-lui nos faiblesses et Il nous donnera assurément une nouvelle chance de soutenir, conforter, et partager avec nos frères et sœur l’amour que nous recevons de ce Père qui nous en donne tant.

Une prière pour aujourd’hui :
Seigneur, je me suis mis au travail dans ton champ sans d’abord étudier le cahier des charges. Je te prie de me pardonner pour cela. Je veux prendre un nouveau départ et désormais, dépendre totalement de ton Saint-Esprit afin d’être agréable au Père, au nom de Jésus, Amen

E. C.