J’ai été libéré(e), alors libérez le passage !

« C’est pour la liberté que Christ nous a affranchis. Demeurez donc fermes, et ne vous laissez pas mettre de nouveau sous le joug de la servitude » Galates 51.

L’Ecriture déclare qu’une couronne de vie est réservée à tous les croyants en Jésus-Christ, qui auront marché en disciples jusqu’à la fin. Quiconque se relâche n’aura donc pas de part dans le royaume de Dieu. C’est pourquoi nous devons chaque jour nous investir dans notre marche avec le Seigneur, ne laissant rien obstruer notre chemin d’obéissance et de consécration.

Trop souvent, le diable distille dans notre esprit ses mensonges, nous insufflant des propos tels que « Tu es ainsi fait, c’est ta nature et tu ne pourras rien y changer, pourquoi te donner tant de peine … ». Ces pensées entretiennent en nous le découragement et nous bloquent dans notre progression. Et c’est ainsi que nous sommes maintenus dans la servitude du péché par celui que l’Ecriture appelle « le père du mensonge ».

Devant de telles stratégies de l’ennemi, répondons fermement « Faux ! Faux ! J’ai une nature de fils/fille de Dieu, mon caractère est le reflet des sentiments qui animaient mon Seigneur Jésus-Christ ». Nous avons en effet été régénérés en Lui par sa résurrection, alors nous pouvons ordonner à toute montagne qui se dresse devant nous et entrave notre obéissance totale : « Ote-toi de là et jette toi dans la mer » Matthieu 21.21.

Le Seigneur ne nous a-t-il pas assuré que si nous ne doutons pas, cela se fera.

Refusons de nous accommoder de ces faiblesses de la chair qui nous amènent à désobéir au Seigneur. Rejetons-les avec fermeté lorsqu’ils se présentent sur notre chemin de disciple, en proclamant haut et fort : « J’ai été libéré(e), libérez donc le passage ».

Une proclamation pour aujourd’hui :

En Jésus Christ, je suis mort(e) au péché et vivant(e) pour Dieu. J’ordonne donc que tout obstacle de la chair m’empêchant de marcher fidèlement, soit renversé au nom de Jésus Christ ! Amen !

Azara Sanogo