De la vallée de Baca à la vallée de Beraca

« De la poussière, Il (Dieu ) relève le faible, du fumier Il élève le pauvre, pour les faire asseoir avec les nobles ; Il leur donne pour patrimoine un trône glorieux ; car c’est au Seigneur qu’appartiennent les piliers de la terre, c’est sur eux qu’il a posé le monde » 1 Samuel 2 : 8.


Un jour, alors que j’étais profondément attristé au-dedans de moi, dans mon silence, le Seigneur me fit prendre un stylo et une feuille. Il me fit faire un dessin d’un abîme et me plaça au fond de cet abîme. Ensuite il me fit dessiner une solide corde qui descendit jusqu’au fond de l’abîme et soudain, je réalisai que ma présence dans ce grand trou n’échappait pas au contrôle de mon Seigneur. Ce qui m’a le plus fortifié c’est qu’il m’a donné de considérer la profondeur de l’abîme, la difficulté à en remonter sans aide, et enfin de réaliser sa présence avec moi dans ce trou. Quelle force ! Depuis ce jour, je crus définitivement en la présence du Seigneur avec moi en tous lieux et en toutes circonstances.

La bénédiction ne vaut ce qu’elle vaut que lorsque nous avons connu la misère. Comment en effet apprécierons-nous l’abondance si nous n’avons jamais connu la disette ? C’est pourquoi dans la vie, il y a beaucoup de vallées et chacun y passe. Il est évidemment plus instructif et bénéfique de les traverser que d’y demeurer. Cependant, l’issue de la traversée dépendra de qui nous y accompagne.

Notre assurance à ce propos vient de la parole de Dieu, ainsi qu’il est écrit : « Lorsqu’ils traversent la vallée de Baca, ils la transforment en un lieu plein de sources et la pluie la couvre aussi de bénédictions ». Psaumes 84:7.

Ou encore : « Le quatrième jour, ils s’assemblèrent dans la vallée de Beraca, où ils bénirent l’Eternel ; c’est pourquoi ils appelèrent ce lieu vallée de Beraca (signifie bénédiction), nom qui lui est resté jusqu’à ce jour ». 2 Chroniques 20:26.

Que Dieu soit loué car toutes nos larmes sont essuyées. De la vallée des pleurs et des gémissements, il nous fait passer à la vallée de la bénédiction selon que sa parole déclare : « Mon amertume s’est changée en paix. Toi, tu t’es épris de moi au point de me retirer de la fosse du néant, car tu as rejeté derrière ton dos tous mes péchés ». Esaïe 38:17.

Une prière pour aujourd'hui :
Merci Père de ce que ta grâce a déjà tout accompli pour moi, au nom de Jésus. Amen


S.H

Dans le désarroi, vers qui tournons-nous le regard ?

« Je lève mes yeux vers les montagnes…D’où me viendra le secours ? Le secours me vient de l’Eternel, qui a fait les cieux et la terre. » Psaumes 121 : 1-2.


Ceci est un appel au secours de David « l’homme selon le cœur de Dieu », ainsi que le qualifie la Bible.

Comme le grand roi David, il nous arrive face aux difficultés, de tourner nos regards de tous côtés, cherchant de l’aide. Mais les tournons-nous du bon côté ? La qualité du secours que peut attendre un homme dépend en effet de la source auprès de laquelle il attend ce secours. Est-il quelqu’un qui recherche de l’aide auprès d’un plus faible ou d’un plus démuni que lui ? Assurément, non !

Nous avons vu l’échec du peuple d’Israël, le peuple élu de Dieu qui, en route vers la terre promise, s’est retrouvé à errer 40 ans dans le désert et cela, pour avoir fixé ses yeux sur les circonstances (la faim, la soif, la maladie, les géants…) plutôt que de regarder vers le Dieu tout-puissant qui l’a délivré de la main de ses oppresseurs. Il a payé un lourd tribut pour ses murmures, son incrédulité, car seules deux personnes de cette génération entrèrent dans le pays promis.

Il nous faut regarder les situations avec les yeux de Dieu. En effet, il nous dit que nous sommes vainqueurs du monde, non pas par nos propres forces mais parce que celui qui est en nous est plus grand que celui qui est au dehors.

C’est parce qu’il a compris cela, parce qu’il a mis sa confiance dans l’Eternel des armées, que le jeune David a eu le courage de défier Goliath qu’il a qualifié d’incirconcis et terrassé rien qu’avec une fronde.

Enseignement pour aujourd’hui :
Face aux circonstances, levons les yeux vers Dieu. Appelons-le au secours. L’Ecriture déclare en effet que celui qui tourne le regard vers le Seigneur est rayonnant de joie et son visage ne se couvre pas de honte.

M.D.

La contrefaçon participe à la confusion

« Celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu. » Jean 3:21.

La contrefaçon est un acte délibéré de l’homme pour tromper. Elle est motivée par le profit et l’intérêt personnel au détriment des autres et de la vérité. La contrefaçon peut aussi s’exprimer dans le fait de copier, falsifier une chose aux fins de se l’approprier illégalement ou pour satisfaire une envie, un besoin.

Toutes les manifestations de la contrefaçon participent à créer de la confusion. Elles créent un trouble inconscient qui tente de faire croire qu’il y a du vrai dans le faux, du beau dans le laid, du bon dans le mauvais. Elle rend l’apparence trompeuse, et la vérité difficile à discerner.

La confusion participe au relativisme ambiant en rendant toutes choses égales, incertaines, suspectes, et pas fiables.

Cette confusion s’exprime dans tous les domaines de notre vie. Nous sommes trompés en permanence sur l’aspect des choses, comme d’autres essaient de nous tromper sur les mobiles des idées et causes qu’ils défendent. Ce phénomène a aujourd’hui atteint un tel niveau qu’il ne peut y avoir de domaine de certitude dans ce monde, tellement la confusion règne.

Beaucoup de chrétiens participent à cette confusion par leur attitude, en étant différents de ce qu’ils disent, de ce qu’ils sont, et aussi, dans leurs relations sociales et commerciales, en promettant ce qu’ils n’ont manifestement pas, ni la capacité d’offrir ou de donner. Ceci contribue à égarer les autres, mais aussi soi-même en alimentant des motivations contraires à nos aspirations profondes.

Cherchons la vérité en toutes choses : elle nous affranchira et nous donnera le chemin à suivre (Jean 8 :32) Nous apporterons ainsi de la clarté au chemin qui mène à Dieu.

Une prière pour aujourd’hui :

Seigneur je veux marcher vers Toi. « Conduis moi dans ta vérité, et instruis–moi ; Car tu es le Dieu de mon salut, Tu es toujours mon espérance. » Psaumes 25:5

Dominique Charbonneau

La faveur de Dieu…

« J’ai trouvé David, mon serviteur, Je l’ai oint de mon huile sainte. Ma main le soutiendra et mon bras le fortifiera, l’ennemi ne le surprendra pas et le méchant ne l’opprimera point. J’écraserai devant lui ses adversaires et je frapperai ceux qui le haïssent. Ma fidélité et ma bonté seront avec lui et sa force s’élèvera par mon nom… Je ne lui retirerai point ma bonté et je ne trahirai pas ma fidélité… Le témoin qui est dans le ciel est fidèle… » Psaume 89 : 21-38.


N’est-il pas surprenant d’entendre l’Eternel parler ainsi de David, le polygame, l’adultère et meurtrier qui n’a pas hésité à faire tuer son serviteur Urie afin de posséder sa femme Bath-Schéba (2 Samuel 11 :15).

Cependant, si tout cela est vrai, n’oublions pas que David, c’est aussi cet enfant qui n’a pas supporté que l’incirconcis de Goliath insulte l’armée du Dieu vivant, et qui a courageusement risqué sa vie pour relever le nom de l’Eternel ; David c’est encore ce grand roi qui a sauté et dansé devant son Dieu et devant le peuple après que l’Eternel lui a donné la victoire sur les Philistins, se souciant peu du mépris de sa femme Mical face à ce spectacle qu’elle jugeait humiliant pour un roi (2 Samuel : 6-21) ; David, c’est enfin le grand roi qui s’est promptement humilié et a imploré le pardon de Dieu lorsque l’Eternel lui a envoyé le prophète Nathan pour lui faire prendre conscience de son péché.

Ainsi, notre Dieu juge selon des critères qui lui sont propres et qui souvent sont très différents des nôtres. L’Ecriture dit que « Notre Dieu est au ciel, Il fait tout ce qu’il veut » (Psaume 115 :3).Prenons donc garde de nous ériger en juges et de condamner les autres quand le Seigneur n’a pas dit son dernier mot car notre Dieu est compatissant et miséricordieux, lent à la colère et riche en bonté, et Il se repent du mal » (Jonas 4 :2).

Une prière pour aujourd’hui :
Seigneur, je comprends aujourd’hui que le plus important pour un homme c’est d’avoir ta faveur, Tout le reste n’étant que vanité. Saint-Esprit, aide-moi à connaître en profondeur le cœur de Dieu, afin de ne pas tomber sous le coup du jugement divin en m’érigeant en juge de mes frères, amen.

E.C.